décembre 8, 2021

Express du Pacifique

Dernières nouvelles et nouvelles du monde sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Plainte de « torture » contre un responsable des Émirats arabes unis en France | Nouvelles du CCG

Une ONG basée au Liban s’est plainte que le candidat présidentiel d’Interpol, Ahmed al-Raisi, avait été impliqué dans la torture du militant emprisonné Ahmed Mansour.

Un avocat d’un groupe de défense des droits humains militant pour les droits humains dans le Golfe a déposé une plainte en France contre un responsable des Émirats arabes unis candidat à la présidence d’Interpol, l’accusant d’avoir torturé un dissident clé.

Le Gulf Center for Human Rights (GCHR), basé au Liban, a déposé lundi une plainte devant un tribunal de Paris contre le général de division Ahmed al-Raisi, l’inspecteur général du ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis.

Al-Raisi, membre du directoire d’Interpol, a accusé Ahmed Mansour, un dissident des Emirats arabes unis, d’être responsable d'”actes de torture et de barbarie”. Il affirme avoir été emprisonné à Abou Dhabi “dans des conditions provisoires”.

Mansour a été arrêté en 2017 pour avoir critiqué les responsables des Émirats arabes unis et terni l’image du pays sur les réseaux sociaux et a été condamné à 10 ans de prison l’année suivante.

Amnesty International décrit Mansour comme un prisonnier d’opinion [File: Nikhil Monteiro/Reuters]

Amnesty International décrit Mansour comme un prisonnier d’opinion.

Selon certaines informations, il est incarcéré dans une prison de la prison d’Al Sadr depuis mars 2017 « sans médecin, sans assainissement, sans eau et sans installations sanitaires ».

Al-Raisi a été accusé l’année dernière d’avoir torturé un éducateur britannique et un fan de football.

Lorsqu’il présente des candidats lors d’une réunion publique en novembre, il est perçu comme une figure potentielle à la tête d’Interpol, une organisation policière mondiale basée en France, qui intimide les militants.

READ  Le Triangle d'or des attaquants français est un atout redoutable dans la campagne Euro 2021

Dans une déclaration conjointe le mois dernier, Human Rights Watch et le GCHR ont averti que sa candidature pourrait « affecter l’engagement de la police mondiale envers les obligations en matière de droits humains ».

Mansour est “détenu de manière inhumaine depuis plus de quatre ans depuis 2017”, a déclaré à l’AFP l’avocat du GCHR, William Borden.

“Le fait que la torture ne puisse être qualifiée que d’acte doit être fermement condamné et condamné par les tribunaux aujourd’hui.”

Il a déclaré que la “visite immédiate” d’al-Raisi en France dans le cadre de sa campagne (Interpol) pourrait être poursuivie en France sur la base de la compétence mondiale.

Les autorités judiciaires françaises peuvent en principe commettre des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et des actes de torture sous juridiction mondiale.

Selon certaines informations, le rôle d’al-Raisi dans la torture présumée de Mansour a été “établi” et il est détenu par les forces de sécurité des Émirats arabes unis en raison de sa position.

Un porte-parole d’Interpol a déclaré à l’AFP que les nominations à la présidence ne seraient faites que lorsque l’Assemblée générale serait en session, mais que ceux qui avaient confiance n’étaient pas obligés de porter leur cas en France.

Contactant l’AFP, l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Paris a déclaré que son personnel n’avait pas le pouvoir de parler à la presse.