décembre 8, 2021

Express du Pacifique

Dernières nouvelles et nouvelles du monde sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’économie française augmente de 1% au deuxième trimestre alors que les sanctions COVID s’assouplissent – banque centrale

Photo d’archive : Des personnes avec des sacs de courses traversant la rue devant le grand magasin des Galeries Lafayette pendant les vacances à Paris, France, le 29 novembre 2018. REUTERS / Charles Platia

PARIS (Reuters) – L’économie française a progressé plus rapidement que prévu au deuxième trimestre, le secteur des services ayant rebondi alors que l’activité du virus corona s’est ralentie, a annoncé mercredi la banque centrale.

La deuxième économie de la zone euro a progressé de près de 1% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents, en hausse d’un demi-point de pourcentage par rapport à l’estimation précédente, a indiqué la banque centrale.

Le gouvernement a mis fin au troisième lock-out national de la France à la mi-mai, après quoi il a progressivement assoupli d’autres restrictions.

L’économie s’est avérée fonctionner à 98% aux niveaux d’avant la crise en juin et juillet, contre 96% en mai, a indiqué la banque centrale dans une note avec son enquête mensuelle auprès de 8 500 entreprises.

Un nombre croissant d’entreprises ont déclaré avoir du mal à trouver suffisamment de personnel et à attraper des matières premières lors de la réouverture de l’économie.

47% des entreprises industrielles ont rencontré des problèmes de chaîne d’approvisionnement en juin, contre 44% en mai, tandis que le secteur de la construction automobile est passé à 80%.

Les parts des fabricants de biens étaient très faibles au début des années 80, tandis que les augmentations de prix des intrants étaient très élevées depuis le début des années 80.

Pendant ce temps, 44% des entreprises interrogées ont déclaré avoir eu du mal à recruter suffisamment de travailleurs en juin, contre 37% en mai. Ce chiffre est passé à 50 % dans le secteur de la construction et à 47 % dans les services.