septembre 18, 2021

Express du Pacifique

Dernières nouvelles et nouvelles du monde sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France approuve la passation de pouvoir du frère de l’ancien président Burkina Faso Burkina Faso Actualités

François Camphor est recherché dans son pays d’origine pour le meurtre en 1998 du journaliste d’investigation Norbert Tsongo.

Le gouvernement du Burkina Faso a salué la décision de la France d’extrader François Combo, le frère de l’ancien président du Burkina Faso.

Les partisans de son cas ont travaillé pour rendre la transcription réelle de cette déclaration disponible en ligne.

Le Burkina Faso a salué le verdict de vendredi comme une “victoire”.

“Nous croyons fermement au bien-fondé de notre demande”, a déclaré Oceani Tambura, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

François Compo est le frère cadet de Place Cambore, qui a été contraint de démissionner en 2014 face aux protestations de masse contre sa tentative de prolonger son règne de 27 ans qui a commencé avec le coup d’État. L’ancien président a été déporté vers la Côte d’Ivoire voisine.

Le corps brûlé de Tsongo, directeur de l’hebdomadaire L’Indépendant, a été retrouvé le 13 décembre 1998, avec trois collègues tués dans une voiture incendiée sur une route au sud d’Okagodoko, la capitale du Burkina Faso.

Les meurtres ont provoqué des manifestations de masse au Burkina Faso et ont suscité la condamnation internationale.

Tsongo enquête sur la mort du chauffeur de François Cambor, David Oytrago.

Initialement, un seul suspect, Marcel Kafando, membre de la Garde présidentielle, a été inculpé de meurtre puis relâché.

Le Burkina Faso a terminé l’enquête après la libération du gardien, mais la justice a rouvert l’affaire après le limogeage de Blaise Compore.

Une enquête indépendante ordonnée par le gouvernement suivant a conclu qu’il s’agissait des activités professionnelles d’un journaliste qui avait l’habitude de dénoncer des abus dans un gouvernement meurtrier.

READ  Le ministre français Clément Beyonc பிர déclare que les tensions liées au Brexit sont un test pour l'Europe

Les six suspects, tous membres de la Garde présidentielle, ont été identifiés par des enquêteurs indépendants et trois ont été inculpés.

La justice burkinabé soupçonne François Campora d’avoir ordonné la victoire, bien qu’aucune accusation n’ait encore été portée contre lui.

En octobre 2017, la police française a arrêté Campora à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris. En 2020, le Burkina Faso a signé un accord avec la France pour l’extrader.

Les avocats de Camber ont déclaré vendredi que leur client était prêt à traiter avec la justice de son pays “avec dignité, respect et responsabilité”.

Mais dans une déclaration qu’ils ont envoyée à l’agence de presse AFP, il a déclaré que l’expulsion était motivée par des considérations politiques et que le conseil n’avait pas pris en compte le risque de torture, de traitement inhumain et de procès inéquitable qui l’attendait.

“S’il est remis au Burkina Faso, il sera certainement exposé à de tels risques”, ont-ils déclaré.

Commore a fait appel devant la Cour européenne des droits de l’homme dans l’espoir d’arrêter l’extradition.

Le tribunal a donné à la France jusqu’au 3 août pour s’assurer que Gambier ne torture pas sa ville natale.