août 5, 2021

Express du Pacifique

Dernières nouvelles et nouvelles du monde sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Démonstration d’étape des coureurs du Tour de France au milieu du débat sur la sécurité routière

Les coureurs du Tour de France ont organisé une manifestation au début de l’étape mardi pour se plaindre des conditions de course dangereuses, car les accidents ont rapidement remis en question la question de la sécurité routière.

Peloton a quitté la ville de Redon dans la région Bretagne Ouest pour commencer la phase 4 et a roulé à une vitesse modérée et tous les coureurs sont descendus de leur vélo après environ un kilomètre. Ils attendirent en silence environ une minute avant de reprendre la route.

Au lendemain du crash de l’étape 3, de nombreux coureurs ont critiqué les organisateurs de la course pour avoir préparé le terrain pour ce qu’ils considéraient comme une issue dangereuse, en particulier lorsque la tension était à un niveau record au début de la course.

Dans une vidéo de l’ancien champion du monde Philip Gilbert, les délégués des Raiders ont été invités à terminer l’étape 3 avec cinq kilomètres à faire. L’objectif de la plupart des coureurs est d’éviter les vitesses finales dangereuses sur les routes étroites et sinueuses menant à la ligne d’arrivée.

“Nous avons exploré la voie et avons vu que le match final était très dangereux”, a déclaré Gilbert, un expert belge en classique.

Gilbert a déclaré que l’organisateur de la course ASO soutenait le projet. “Mais les commissaires de l’UCI (Comité directeur du cyclisme) n’ont pas accepté la demande, qui a été rejetée tôt le matin au départ de la course”, a-t-il déclaré.

Gilbert a déclaré qu’un tuyau dans un virage en descente à trois kilomètres de l’arrivée était un résultat direct.

READ  Anne Hidalgo : la maire de Paris marque la première tentative de la France de devenir présidente | Nouvelles du monde

“Il y a eu une grosse erreur de la part des gens qui ont reconnu cette route”, a-t-il déclaré.

La Riders Union CBA a déclaré dans un communiqué qu’elle avait demandé à l’UCI d’engager des discussions conformément à la soi-disant “règle des 3 km” sur les courses par étapes. En vertu de ce règlement, les coureurs accidentés au cours des trois derniers kilomètres reçoivent le temps du groupe sur lequel ils ont roulé avant de tomber.

“Il est possible d’éviter des situations comme celle qui s’est produite hier”, a déclaré le syndicat. « Les coureurs et l’ACP se sont engagés à continuer d’apporter des changements à la sécurité et à l’intégrité physique des athlètes. Ces changements sont plus nécessaires que jamais. “

Thierry Couveno, en charge de l’itinéraire de la tournée, a expliqué au journal El Equip les défis auxquels il est confronté pour trouver les sites d’arrivée sans matériaux routiers dangereux.

“Il n’y a plus de villes moyennes sans petite île, rond-point ou étroite”, a-t-il déclaré. « Il y a dix ans, le Tour de France comptait 1 100 points dangereux. Cette année, il y en a 2 300. Si le niveau d’exigence est trop élevé, il n’y aura plus de fins. Nous le sommes.

Gilbert n’a pas porté toutes les accusations contre l’UCI, mais a déclaré que les équipes qui l’ont testé avant la course auraient dû informer les organisateurs de ses dangers.

L’as sprinter Caleb Evan, l’un des coéquipiers de Gilbert dans l’équipe Lotto-Soudal, est tombé contre la ligne d’arrivée alors qu’il affrontait Sprint et a été contraint de laisser tomber un téléphone cassé.

READ  Mark Cavendish a confirmé le Tour de France pour 2021

Deux des meilleurs prétendants au maillot jaune – le finaliste de l’année dernière, Primos Rocklick, et le champion 2018 Gerant Thomas – ont été impliqués dans des accidents lundi et ont perdu contre leurs principaux rivaux. Mais ils n’ont pas reproché aux organisateurs de tomber sur les routes droites avec beaucoup de difficulté.

L’étape d’ouverture de samedi a été déformée par deux gros pipelines, l’un causé par l’observateur tenant la pancarte sur le chemin de Ploton.

Appelant à des changements dans le jeu sans apporter de solutions, le directeur sportif senior du Gruppama-FDJ, Mark Mediate, a appelé toutes les parties prenantes à accepter leurs responsabilités « parce que si nous ne le faisons pas, nous mourrons et je ne veux pas être à l’hôpital. avec la famille pour toujours sur le trajet. Il ne mérite pas notre jeu. “

Le dernier coureur à mourir sur le tour était Fabio Cozartelli, alors italien-Motorola L’équipe de Lance Armstrong qui a écrasé la descente du Ported de Asbeth Boss en 1995. De nombreux accidents graves continuent de se produire.